15 409 nouveaux avis de décès journaux et 30 424 images de la collection Drouin renumérisées sur Généalogie Québec!

15 409 avis de décès provenant de journaux québécois ont été ajoutés à la section Nécrologe de Généalogie Québec cette semaine.

En plus de ces nouvelles notices nécrologiques, quelque 30 424 images des Registres du Fonds Drouin ont été renumérisées afin d’en améliorer la lisibilité.

Avis de décès journaux

15 409 avis de décès provenant principalement des régions de Montréal et Québec sont maintenant disponibles dans la section Nécrologe de Généalogie Québec, sous la catégorie Avis de décès journaux. Ces avis de décès datent pour la plupart des 2 dernières années.

La section Avis de décès journaux contient autour de 678 000 nécrologies provenant de divers journaux du Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick. On y retrouve des notices publiées aux 19e, 20e et 21e siècles.

Vous pouvez consulter ces avis de décès journaux avec un abonnement à Généalogie Québec à cette adresse, et vous trouverez davantage d’information à propos de la section Nécrologe sur le blog de l’Institut Drouin.

Renumérisation du Fonds Drouin

En plus d’effectuer de fréquents ajouts de contenu au site, l’Institut Drouin travaille activement à améliorer la qualité des collections déjà disponibles sur Généalogie Québec.

C’est dans cette optique que sont actuellement renumérisées plusieurs paroisses des Registres du Fonds Drouin dont la numérisation initiale laissait à désirer. Ce sont quelque 30 424 images qui ont été renumérisées ces dernières semaines.


Ancienne image


Image renumérisée du Fonds Drouin

Voici la liste des paroisses qui ont été partiellement renumérisées dans cette mise à jour :

Montréal-Sud (St-Georges) Montréal (St-Georges) Montréal (Ste-Clotilde)
Montréal (St-Dominic) Montréal (St-Étienne) St-Michel (St-Bernardin-de-Sienne)
Longueuil (co-cathédrale St-Antoine-de-Pade) LeMoyne (St-Josaphat) Montréal (St-Jean-Baptiste-de-la-Salle)
Montréal (Très-St-Rédempteur) La Prairie (Notre-Dame-de-LaPrairie-de-la-Madeleine) Montréal (St-Henri)
Caughnawaga (St-François-Xavier-du-Sault-St-Louis) Montréal (St-Charles) Montréal (Saint Anthony of Padua)
Montréal (Notre-Dame-des-Victoires) Montréal (St-Thomas-Aquinas) Outremont (Ste-Madeleine)
Montréal (La Nativité-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie) Montréal (St-Irénée) Montréal (St-Joseph-de-Bordeaux)
Rivière-Beaudette St-Grégoire (Nicolet) St-Ignace-du-Lac
St-Joseph-de-Mékinac Hull (cathédrale Très-St-Rédempteur) Aylmer (St-Paul)
Buckingham Deschênes Fassett
Gatineau Hull (Notre-Dame-de-Lourdes) Hull (Servantes de Jésus-Marie)
Hull (Ste-Bernadette-Soubirous) Lac-Ste-Marie Papineauville
Pointe-Gatineau Amos (Ste-Thérèse) Campbell’s Bay
Fugèreville Guérin Guigues (St-Bruno)
Lac-Cayamant Nédelec Otter Lake (St-Charles-Borromée)
Taschereau Lac-St-Paul Montcerf
Notre-Dame-de-Laus Ste-Famille-d’Aumond Grande-Rivière
Grande-Vallée Chandler (St-Coeur-de-Marie)

Les Registres du Fonds Drouin, aussi appelés collection Drouin, sont une collection de registres paroissiaux (baptêmes, mariages et sépultures) contenant plus de 5 millions d’images.


Image du registre paroissial de Sherbrooke provenant de la collection Drouin disponible sur GenealogieQuebec.com.

On y retrouve tous les registres paroissiaux du Québec de 1621 aux années 1940, ainsi que des registres paroissiaux de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick, des États-Unis et de l’Acadie.

Vous pouvez consulter les Registres du Fonds Drouin avec un abonnement à Généalogie Québec à cette adresse.

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

Un nouveau fonds d’archives est maintenant disponible sur Généalogie Québec! 8190 photos historiques

Un nouveau fonds d’archives est maintenant disponible dans les Collections diverses de l’Institut Drouin, un des 15 outils offerts aux abonnés de GenealogieQuebec.com.

Fonds Roland-Maynard – Archives et photos historiques

Le Fonds Roland-Maynard est un fonds d’archives contenant quelques 8190 photos d’individus, de lieux et autres documents d’intérêt historique et généalogique.

Vous pouvez le consulter dans les Collections diverses de l’institut Drouin à cette adresse (abonnement requis), sous le dossier « 14 – Fonds d’archives/« .

Vous trouverez aussi, dans les Collections Diverses Drouin, différents types de documents tels que des journaux anciens, des archives juridiques et municipales, et plus encore! C’est une section du site à ne pas manquer pour les passionnés d’histoire.


Blog de l’Institut Drouin

Au cas où vous l’auriez manqué à sa parution, voici le second article de notre collaboratrice Marielle Côté-Gendreau, qui traite de l’impact du calendrier sur les prénoms de vos ancêtres : De Pascal à Noël : L’influence du calendrier sur les prénoms de vos ancêtres

Le blog de l’Institut Drouin est rempli d’articles en tout genre qui devraient intéresser les passionnés de généalogie et d’histoire. En voici une sélection :

C’est aussi sur le blog de l’Institut Drouin que vous trouverez tous les guides et tutoriels disponibles pour PRDH-IGD.com et GenealogieQuebec.com, des lectures incontournables si vous souhaitez profiter de vos abonnements au maximum!

 

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

De Pascal à Noël : L’influence du calendrier sur les prénoms de vos ancêtres

Au Canada français, le calendrier religieux rythme la vie quotidienne jusqu’au 20e siècle. Cette influence est aussi perceptible dans le choix des prénoms donnés aux enfants.

L’ensemble des baptêmes enregistrés au Québec entre 1621 et 1849, disponibles sur PRDH-IGD, permettent de rendre compte de ce phénomène. Les Noël, Noëlla et autres Marie-Noëlle du 25 décembre en sont l’exemple le plus connu. Nous nous sommes livrés à un exercice original, celui de partir sur les traces des fêtes religieuses et autres événements saisonniers du Canada français par l’entremise du répertoire des baptêmes.

L’année commence avec un prénom fort approprié : sans grande surprise, la moitié des Janvier nés entre 1621 et 1849 sont baptisés en janvier. La fête des Rois, ou Épiphanie, laisse aussi sa marque sur le calendrier des naissances, alors que 22% des Épiphane et Épiphanie sont baptisés dans les deux jours précédant ou suivant le 6 janvier.


Une recherche pour Épiphane / Épiphanie sur PRDH-IGD.com, avec les baptêmes de début janvier en évidence.

Le carême, qui s’étend du Mercredi des Cendres au jour de Pâques, et le temps pascal, qui dure ensuite jusqu’à la Pentecôte, revêtent une grande importance dans le calendrier catholique. Conséquemment, 43% des Pascal sont nés en mars ou en avril. La coutume veut qu’on ne se marie pas durant le carême; une exception est habituellement justifiée par une dispense du temps prohibé, accordée par l’évêque.

L’analyse des baptêmes canadiens-français permet de mettre en évidence certains changements dans le calendrier catholique. Par exemple, la Saint-Benoît est, depuis le concile de Vatican II (1962-1965), fêtée le 11 juillet. Or, c’est bien le 21 mars que Benoît de Nursie est célébré au Canada français, alors que 21% des Benoît sont baptisés dans les deux jours précédant ou suivant cette date.

L’effet est même perceptible pour des prénoms très communs, comme Jean-Baptiste, qui rappelle celui qui est le patron des Canadiens français depuis 1908. Cependant, les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste, qui coïncident avec le solstice d’été, sont beaucoup plus anciennes. Les Relations des Jésuites rapportent un feu de la Saint-Jean dès le soir du 23 juin 1636. Cette fête a une portée nationale depuis au moins le 19e siècle. C’est le 24 juin 1834 que le chant patriotique Ô Canada! Mon pays, mes amours est présenté pour la première fois. Il ne doit pas être confondu avec le Ô Canada, composé à l’occasion de la Saint-Jean-Baptiste de 1880. L’actuel hymne national célébrait alors le peuple canadien-français, qui grandit « sous l’œil de Dieu, près du fleuve géant ». Malgré que Jean-Baptiste soit un prénom très commun à l’année longue, on observe un pic dans les jours entourant le 24 juin.

Une découverte plus surprenante est la concentration des Augustin au mois d’août. Cette pratique, qui n’est pas d’origine religieuse, tient plutôt au lien étymologique entre août et Augustin, les deux dérivant du latin augustus. 12% des Augustin de l’année naissent pendant ce mois. Cette proportion monte à plus de 22% dans l’élite canadienne-française, qui regroupe par exemple les seigneurs, les avocats, les notaires ou les marchands. Le statut social est tiré du métier du père, généralement indiqué dans les actes de baptême. Cette information, lorsque fournie, est souvent disponible dans les fiches d’actes consultables sur PRDH-IGD (Qu’est-ce que PRDH-IGD?).


Fiche de baptême PRDH-IGD d’un Augustin né en août d’un père juge de profession 

La Toussaint, célébrée le 1er novembre, commémore, comme son nom le laisse deviner, l’ensemble des saints. Les cinq jours l’entourant rassemblent près du tiers des 4279 Toussaint répertoriés entre 1621 et 1849. L’influence du calendrier religieux sur les prénoms n’est pas spécifique au Canada français : on l’observe aussi chez les pionniers français. Par exemple, Toussaint Giroux, dont descendent la plupart des Giroux d’Amérique, est baptisé le 2 novembre 1633 à Réveillon, dans le Perche.


Fiche d’individu PRDH-IGD de Toussaint Giroux.

La Toussaint pave la voie pour plusieurs célébrations pendant les mois de novembre et décembre, d’autant plus importantes qu’elles marquent la fin des activités agricoles.

Martin est un autre prénom d’une relative popularité qui attire à sa fête une proportion importante des naissances : 21%. La Saint-Martin, célébrée le 11 novembre, est en effet un jour important tant dans le calendrier religieux qu’agricole. Le prêtre et historien Lionel Groulx aborde dans Chez nos ancêtres (1920) la bien nommée criée de la Saint-Martin : alors que les récoltes sont finies, le seigneur accepte de ses censitaires les redevances dues. La réception, tenue au manoir seigneuriale, est décrite par Philippe Aubert de Gaspé dans Les anciens Canadiens, connu comme l’un des premiers romans québécois.

À l’instar de Jean-Baptiste, le commun Catherine est influencé par la fête de sa patronne : plus de 5% des naissances se groupent autour du 25 novembre, une fête religieuse et culturelle importante depuis la Nouvelle-France. La fameuse tire de la Sainte-Catherine, qu’on attribue à sainte Marguerite Bourgeoys, dont on connaît le rôle proéminent dans la fondation de Montréal, est une tradition culinaire canadienne-française qui perdure jusqu’aujourd’hui.

Noël et ses dérivés sont l’archétype du prénom calendaire : près de 40% des 3395 baptêmes sont concentrés dans les 5 jours entourant le 25 décembre. L’année s’achève avec la Saint-Sylvestre, jour du réveillon du Nouvel An, autour de laquelle naissent 43% de tous les Sylvestre québécois de l’époque.

Proportion de baptêmes à proximité de la date associée à quelques prénoms dans les actes de baptêmes disponibles sur PRDH-IGD.com

 

Prénom Jour associé Pourcentage de baptêmes dans un intervalle de cinq jours (%) * Nombre de baptêmes
Janvier Janvier 49,3 452
Épiphan(i)e 6 janvier 22,0 162
Agathe 5 février 5,4 3 541
Scholastique 10 février 6,0 2 741
Valentin 14 février 29,3 165
Patrice 17 mars 22,8 631
Patrick 6,5 1 981
Benoît 21 mars 21,1 690
Pascal Mars et avril 43,2 2 558
(Jean) Baptiste 24 juin 2,9 53 506
Augustin Août 12,0 11 371
Michel(le) 29 septembre 10,0 17 310
Rémi 1er octobre 7,2 1 445
Thérèse 15 octobre 3,1 9 222
Ursule 21 octobre 3,9 4 499
Toussaint 1er novembre 29,9 4 279
Martin 11 novembre 21,3 1 255
Cécile 22 novembre 6,5 3 444
Catherine 25 novembre 5,4 20 718
André 30 novembre 4,0 7 645
(François) Xavier 3 décembre 4,1 17 019
Noël et dérivés 25 décembre 38,9 3 395
Étienne 26 décembre 6,2 9 088
Sylvestre 31 décembre 42,6 295

* Dans le cas des prénoms référant à un mois, le nombre présent dans cette colonne indique le pourcentage de baptêmes célébrés dans ce mois.

Cet exercice, réalisé à partir des données exceptionnellement bien conservées des Registres du Fonds Drouin indexées sur Généalogie Québec et PRDH-IGD, met en lumière l’influence du calendrier, notamment le calendrier religieux, sur les prénoms donnés. En portant une attention renouvelée au lien entre le prénom et la date de naissance ou de baptême, vous serez probablement en mesure de donner vous aussi un sens aux prénoms de certains de vos ancêtres.

Marielle Côté-Gendreau

102 000 nouvelles fiches de baptême, mariage et sépulture de l’Ontario et du Québec sur Généalogie Québec!

De nouvelles fiches de baptême, mariage et sépulture sont maintenant disponibles sous le dossier Fonds Fabien des Fiches BMS, une des 15 collections offertes aux abonnées de GenealogieQuebec.com.

Un total de 102 000 notices provenant de l’Ontario et de l’Outaouais ont été ajoutées via cette mise à jour.
Les fiches se rapportent à des actes de baptême, mariage et sépulture et incluent généralement le nom du ou des sujets, leurs parents, la date, ainsi que le lieu d’enregistrement de l’événement.

Les fiches sont classées en arborescence par nom de famille du sujet de la fiche (le baptisé, le défunt, ou le marié).


Dans plusieurs cas, il est possible de retrouver l’acte original associé à une fiche du Fonds Fabien dans les Registres du Fonds Drouin, aussi disponibles sur Généalogie Québec.

Pour illustrer le processus, nous utiliserons la fiche de mariage de Patrick Nagh et Albertine Ménard :


Dans les fiches du Fonds Fabien, le nom Joseph est souvent remplacé par la lettre « J. », comme c’est le cas ici pour le père d’Albertine.

Les Registres du Fonds Drouin contiennent tous les registres paroissiaux du Québec de 1621 aux années 1940 ainsi qu’une partie des registres paroissiaux de l’Ontario, particulièrement ceux provenant de paroisses situées à proximité de la frontière entre l’Ontario et le Québec.

La fiche de mariage de Patrick Nagh et Albertine Ménard nous indique que le mariage a été enregistré dans la paroisse St-François d’Assise à Ottawa. Il se trouve qu’il s’agit d’une des paroisses de l’Ontario disponibles dans les Registres du Fonds Drouin.

Pour aller consulter ce registre, nous commençons par naviguer vers l’outil Registres du Fonds Drouin (abonnement requis).

Une fois dans le Fonds Drouin, vous constaterez que les différents registres sont classés en arborescence. Étant donné que l’acte qui nous intéresse a été enregistré en Ontario, c’est ce dossier que nous ouvrirons. Il faut maintenant y trouver la paroisse recherchée.

Certaines paroisses sont enregistrées sous le nom de la ville ou de la région qu’elles desservent, alors que d’autres le sont selon le nom même de la paroisse. Dans le cas d’Ottawa, les différentes paroisses de la ville se trouvent sous le nom de celle-ci.


Sous le dossier Ottawa, nous trouvons le registre de la paroisse St-François-d’Assise.

Une fois ce dossier ouvert, il s’agit de naviguer jusqu’à l’année recherchée afin d’atteindre la liste des images contenues dans le registre pour cette année. Il est important de savoir que dans la plupart des cas, les images sont classées en ordre chronologique.
La première image de ce dossier contiendra donc les premiers actes enregistrés lors de cette année, soit les actes du début du mois de janvier, alors que les actes de fin décembre se trouveront parmi les dernières images.

Comme le mariage de Patrick Nagh et Albertine Ménard a été célébré le 3 avril, nous pouvons déduire que l’image contenant leur acte de mariage se trouve parmi les premières de la série. Il est possible que vous ayez à faire défiler quelques images avant de retrouver l’acte recherché.

Ainsi, nous avons été en mesure de retrouver l’acte original associé à une fiche du Fonds Fabien en utilisant les diverses ressources offertes sur GenealogieQuebec.com.

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

Nouveaux registres de l’État de New York et du Nouveau-Brunswick sur Généalogie Québec!

L’ajout de registres se poursuit sur GenealogieQuebec.com! Cette fois-ci, ce sont des registres américains ainsi qu’une paroisse du Nouveau-Brunswick qui ont été ajoutés aux Registres du Fonds Drouin.

Registres américains

De nouveaux registres américains peuvent maintenant être consultés dans les Registres du Fonds Drouin, une collection comprenant plus de 5 millions d’images de registres en tout genre provenant du Canada et des États-Unis.

 

Civil War Veterans 1890 (Vétérans de la guerre civile 1890)

 

Ces registres de l’État de New York proviennent du recensement américain de 1890, plus précisément des comtés de Clinton, Essex, Franklin, Jefferson, Lewis et St. Lawrence.

Il s’agit d’une liste de vétérans et veuves de la guerre civile américaine qui inclut des renseignements tels que le rang, la compagnie et la date d’enrôlement.

157 lieux sont répertoriés dans cette collection :

Adams Adams Township Alexandria Alexandria Township
Altona Amanda Steamberge Antwerp Ausable
Bangor Beaver Falls Beekmantown Bellmont
Black Brook Brandon Brighton Brownville
Brownville Township Burke Cadyville Canton
Canton Township Cape Vincent Township Carthage Champion
Champlain Chateaugay Chateaugay Village Chazy
Chesterfield Clayton Clifton and Clare Clinton
Clintonville Colton Croghan Croghan Township
Crown Point Dannemora Dekall Denmark
Depeyster Diana Township Dickinson Duane
Edwards Elizabethtown Ellenburg Ellenburg Township
Ellisburgh Essex Fine Fort Covington
Fowler Fowler Township Franklin Gouverneur
Gouverneur Village Greig Hammond Harrietstown
Harrisburgh Township Henderson Hermon Highmarket
Hogansburgh Hopkinton Houndsfield Jay
Kenn Lawrence Leray Lewis
Lisbon Lisbon Township Lorraine Louisville
Lowville Lyme Township Lyon Mountain Lyonsdale
Macomb Macomb Township Madrid Maira
Malone Malone Township Malone Village Martinsburgh
Massena Montague Mooers Moriah
Morrisonville Morristown New Bremen Newcomb
Norfolk Norfolk Township North Elba North Hudson
Norwood Village Ogdensburg Olmstead Orleans
Osceola Oswegatchie Oswegatchie Township Pamelia
Parishville Peru Philadelphia Pierrepont
Pitcairn Pitcairn Township Plattsburgh Plattsburgh Township
Port Henry Potsdam Potsdam Township Potsdam Village
Présentation Puickney Richville Rodinan
Rosiere Rossie Russell Russell Township
Rutland Sacketts Harbor Santa Clara Saranac
Schoon Schuyler Falls St. Armand Stockholm
Theresa Theresa Township Ticonderoga Ticonderoga Village
Town of Lyme Township of Brasher Township of Constable Turin
Village of Lowville Waddington Watertown Watson
Waverly West Heyden West Turin Township Westport
Westville Willsboro Wilmington Wilna
Worth Township      

Ces documents peuvent être consultés dans les Registres du Fonds Drouin, sous le dossier Registres divers / État de New York (abonnement requis).

Registres divers de l’État de New York

 

3460 images de registres divers des comtés de St. Lawrence et Clinton (régions de Canton, Hogansburg, Norfolk, Schuyler Falls et Postdam) dans l’État de New York sont maintenant disponibles sur Généalogie Québec, toujours sous le dossier Registres divers dans les Registres du Fonds Drouin.

Source: Registres du Fonds Drouin (Registres divers/État de New York (State of New York)/Schuyler Falls/Register of births/1931-1942/), GenealogieQuebec.com

Ces nouveaux documents contiennent des registres paroissiaux ainsi que des archives militaires et s’ajoutent aux nombreux registres de l’État de New York déjà disponibles sur Généalogie Québec :

American Legion Births Brushton Burke
Canton (Military Records) Chasm Falls Chateaugay
Civil War Veterans 1890 Dickinson Edward (Military Records)
Edwards Fine Fine (Military Records)
Fort Covington Harrietstown Hermon
Hogansburg Hopkinton Lisbon
Lisbon Centre Macomb Madrid
Malone Massena Mineville
Morristown Norfolk Norwood
Ogdensburg Ogdensburgh Parishville
Piercefield Pierrepont Pitcairn
Port Henry Potsdam Rossie
Saranac Lake Schroon Lake Schuyler Falls
Shoen Family Bible St. Lawrence County St. Regis Falls
The Kalb Ticonderoga Trout River
Tupper Lake Waddington Westport

Vous pouvez consulter tous ces registres dans l’outil Registres du Fonds Drouin, sous le dossier Registres divers / État de New York (abonnement requis).

Registres du Nouveau-Brunswick

Les années 1945 à 1993 de la paroisse St-André viennent d’être ajoutées aux registres paroissiaux du Nouveau-Brunswick disponibles dans les Registres du Fonds Drouin.

Les registres de cette paroisse s’étendent de 1903 à 1993 et s’ajoutent aux registres paroissiaux du Nouveau-Brunswick disponibles sur Généalogie Québec. En voici la liste :

Aroostook Baker-Brook Blue Bell
Clair Connors Drummond (Catholique)
Edmunston (Immaculée-Conception) Edmunston (Notre-Dame-des-Sept-Douleurs) Edmunston (Notre-Dame-du-Sacré-Coeur)
Fredericton (Ste-Anne) Grand-Sault Kedgwick
Lac-Baker Limestone Siding Maliseet
Perth-Andover Plaster Rock Red Rapids
Rivière-Verte Saint-André Saint-Basile
Sainte-Anne-de-Madawaska Saint-François-Xavier Saint-Georges
Saint-Hilaire Saint-Jacques Saint-Joseph
Saint-Léonard Saint-Léonard-Parent Saint-Léonard-Ville
Saint-Martin Saint-Quentin St-Jean-Baptiste
Tilley    

Vous pouvez les consulter dans les Registres du Fonds Drouin, sous le dossier Registres paroissiaux du nord-ouest du Nouveau-Brunswick (abonnement requis).

 

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

23 journaux anciens et 30 000 cartes mortuaires ont été ajoutés aux collections de Généalogie Québec!

23 nouveaux journaux anciens ont été numérisés et sont dorénavant disponibles sur GenealogieQuebec.com!

Vous pouvez consulter ces 12 738 nouvelles images dès maintenant dans la section Collections Diverses de l’Institut Drouin (abonnement requis).

Voici la liste des journaux ajoutés:

The Quebec Gazette (1832 à 1836)
The Inquirer (Trois-Rivières) (1857 à 1863)
The Dominion Illustrated News (Montréal) (1888 à 1893)
The Canadian Jewish Review (1935 à 1939)
Paris-Canada (1884 à 1893)
Midi-Presse (Montréal) (1954)
L’Opinion Publique (Montréal) (1870 à 1874)
L’Obligation (Montréal) (1918 et 1919)
Le Semeur Canadien (Montréal) (1856 à 1861)
Le Trésor des Familles (Québec) (Mai 1883)
Le Progrès du Golfe (1948 à 1950)
Le National (Montréal) (1892)
Le Charivari (Québec) (1868)
Le Castor (Québec) (1879)
Le Carillon (Québec) (1879)
L’Action Canadienne (Novembre 1915)
La Tribune Canadienne (Montréal)
La Vie Illustrée (Montréal) (1889)
La Semaine (Québec) (1895)
La Minerve (1868 et 1869)
La Chronique de la Vallée du St-Maurice (1929)
Daily Witness (Montréal) (1874 à 1879)
Commercial Gazette (Montréal) (1897)

Afin de consulter ces nouveaux documents, rendez-vous dans l’outil Collections Diverses de l’Institut Drouin, puis ouvrez le dossier « 23 – Journaux anciens/« .

Cartes mortuaires

30 000 cartes mortuaires ont été ajoutées à la section Nécrologe de Généalogie Québec. Celles-ci rejoignent les 62 500 cartes mortuaires déjà disponibles dans la section.


Engin de recherche de la collection Cartes Mortuaires de GenealogieQuebec.com

L’engin de recherche de l’outil vous permet de rechercher par nom, prénom et date.

La section Nécrologe, un des 15 outils offerts aux abonnés de GenealogieQuebec.com, regroupe la majorité des avis de décès, cartes mortuaires et pierres tombales disponibles sur le site. On y retrouve:

  • 2,3 millions d’avis de décès canadiens provenant de diverses sources en ligne et couvrant de 1999 à aujourd’hui
  • 663 000 avis de décès provenant de divers journaux québécois et datant de 1860 à aujourd’hui
  • 611 000 photos de pierres tombales provenant de 830 cimetières du Québec et de l’Ontario
  • 92 500 cartes mortuaires du Québec

La section Nécrologe peut être consultée avec un abonnement à Généalogie Québec à cette adresse.

 

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

Mise à jour du LAFRANCE : ajout de 4500 actes ontariens ainsi que du document original des mariages de 1918!

De nouveaux actes paroissiaux viennent d’être ajoutés au LAFRANCE, l’un des 15 outils offerts aux abonnés de GenealogieQuebec.com.

Actes paroissiaux originaux des mariages catholiques du Québec de 1918 ajoutés au LAFRANCE

En juin 2019, tous les mariages catholiques du Québec de l’année 1918 ont été ajoutés au LAFRANCE. Cependant, le lien vers l’image du document paroissial n’était pas encore disponible dans les fiches d’acte.
La mise à jour d’aujourd’hui remédie à cette situation, vous permettant de visionner l’acte original en cliquant sur le lien au coin supérieur droit de la fiche d’acte.


Cliquez sur le lien en haut à droite de la fiche afin de consulter le document original

Fiche d’acte et document original provenant du LAFRANCE de GenealogieQuebec.com

Actes de baptême, mariage et sépulture de l’Ontario dans le LAFRANCE

Nous sommes heureux d’annoncer le début de l’indexation des actes paroissiaux de l’Ontario, qui seront graduellement ajoutés au LAFRANCE dans les mois à venir. Ce processus d’indexation se concentre actuellement sur les paroisses situées près de la frontière entre l’Ontario et le Québec, qui accueillirent de nombreuses familles canadiennes-françaises vivant dans la région à l’époque.

Voici les paroisses qui ont été partiellement ajoutées dans le LAFRANCE jusqu’à présent :

  • Alexandria : 1835 à 1861, 3135 actes, principalement des baptêmes
  • Corkery : 1837 à 1861, 959 actes, principalement des baptêmes
  • Embrun : 1858 à 1861, 194 actes, principalement des baptêmes
  • LaPasse : 1851 à 1861, 408 actes, baptêmes, mariages et sépultures

Qu’est-ce que le LAFRANCE?

Le LAFRANCE, un des 15 outils offerts aux abonnés de GenealogieQuebec.com, est un index détaillé avec lien au document original de TOUS les mariages catholiques du Québec de 1621 à 1918, TOUS les baptêmes et TOUTES les sépultures catholiques du Québec de 1621 à 1861 ainsi que TOUS les mariages protestants du Québec de 1760 à 1849.


Engin de recherche du LAFRANCE

Vous trouverez plus d’information sur le LAFRANCE dans cet article de notre blog.

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

Comprendre la variation linguistique dans les noms et prénoms de vos ancêtres

Vos recherches généalogiques vous ont peut-être donné l’impression que vos ancêtres changeaient de noms et de prénoms comme de chemise. Le concept des « noms dit », abordé dans un précédent article de blog, éclaire une partie de cette variation parfois obscure aux yeux d’un observateur du 21e siècle.

Si le baptême a constitué pendant quatre siècles la pierre angulaire de l’existence civile au Canada français, cette identité était jusqu’au début du siècle dernier beaucoup moins contraignante qu’aujourd’hui. Il n’était donc pas inhabituel d’observer une certaine variation dans les noms et prénoms utilisés par un individu au cours de sa vie, phénomène favorisé par l’instabilité orthographique des noms propres, un système d’enregistrement civil moins restrictif et l’analphabétisme.

Sous la lumière de la linguistique, cet article abordera quelques astuces à garder en tête afin de retracer toutes les occurrences de vos ancêtres dans les archives.

Ne pas se fier à l’orthographe

Ce conseil peut paraître anodin pour le généalogiste averti, mais il convient de le rappeler. Par exemple, l’ancêtre des Hétu actuels signait son nom Estur. Le ‹ s › ainsi que le ‹ r ›, qui ne se prononçaient plus, constituaient des reliques orthographiques, comme il en existe tant en français. Le ‹ h › est une lettre ornementale, ajoutée au fil des ans.

Il ne faut pas non plus systématiquement attribuer la variation orthographique à l’analphabétisme. L’exemple des Hénault est parlant. Quatre membres d’une famille de notables éduqués apposaient en 1816 leur signature au bas de l’acte de mariage d’Honoré Hénault et Julienne Mailloux, orthographiant leur nom de trois manières différentes : Hénault, Heneault et Eno. Le prêtre a choisi quant à lui une variante désaccentuée avec Henault.

Acte de mariage d’Honoré Henault et Julienne Mailloux tiré de l’outil LAFRANCE de GenealogieQuebec.com

Avant la fixation des noms propres, leur graphie relevait, dans une certaine mesure, du goût du porteur du nom, du prêtre ou du notaire.

Garder en tête que la langue change

La plupart des Dion d’aujourd’hui sont des descendants patronymiques de Jean Guyon. Comment est-ce possible? Notons d’abord que Guyon se prononce Gui-yon et non Gü-yon. De nos jours, le ‹ g › dur s’articule à l’arrière du palais, et le ‹ d › s’articule derrière les incisives supérieures. Cependant, par le passé, le ‹ g ›, lorsque suivi par une voyelle prononcée à l’avant de la bouche, comme le ‹ i ›, tendait à se déplacer vers l’avant. Ce processus linguistique a induit un glissement de Guyon à Dion.

Guyot, qui, comme Guyon, dérive du prénom Guy, a vécu une transformation parallèle en donnant naissance à Diotte. Certains noms ont cependant parcouru le chemin inverse : Pierre Andiran est l’ancêtre de tous les Languirand.

De la même façon, les Chiasson et Giasson partagent la même souche. Seule la vibration des cordes vocales en début de mot sépare ces deux noms. En l’absence d’une orthographe fixée, cette caractéristique phonétique était susceptible de fluctuer selon les régions, les époques et les individus. Ainsi, à l’instar de Guyon et Dion, il faut voir en cette paire de noms les deux faces d’une même pièce.

Les voyelles ont aussi été affectées par des changements linguistiques. Peut-être serez-vous surpris d’apprendre que les Harvey du Québec n’ont pas, pour la plupart, hérité leur nom d’un immigrant anglo-saxon. Leur nom est plutôt issu d’une transformation vocalique du nom Hervé.

Être à l’affût de sons effacés ou ajoutés

L’absence d’une norme orthographique stricte en ce qui concerne les noms propres favorise la variation orale. C’est donc tout naturellement que certains sons et syllabes, selon leur position dans le mot, tendent à apparaître ou disparaître.

Une cause d’ajout est l’introduction des articles définis lela et l’ devant les noms de famille : il était de coutume d’appeler les gens le Gagnonla Corriveau ou alors l’Andiran. La réinterprétation de cette structure en une forme fusionnée achève d’expliquer la transformation d’Andiran en Languirand.

Prononcez maintenant à voix haute Reguindeau, puis Reyindeau. Vous remarquerez probablement la proximité entre ces deux formes, et la facilité de passer de l’une à l’autre. Cette transformation du ‹ g › dur en ‹ y › est un exemple de palatalisation­; le même phénomène lie gueule à yeule. Vous aurez peut-être reconnu le nom de famille Riendeau, hérité du pionnier rochelais Joachim Reguindeau.

Le pionnier François Amirault dit Tourangeau offre un autre exemple d’élision en laissant parmi ses descendants des Amirault, mais surtout des Mireault, avec toutes leurs variantes orthographiques. Le phénomène inverse s’observe avec le prénom féminin Zélie, dont est née la variante Azélie.

L’alternance entre des prénoms qui ne sont essentiellement distingués que par quelques sons ou syllabes supplémentaires s’observe sans égard à la parenté étymologique. Au Canada français, Élisabeth et son dérivé ancien Isabelle se sont comportées comme deux variantes d’un même prénom jusqu’au 19e siècle. Inversement, Domitille et Mathilde, Jérémie et Rémi, Apolline et Pauline ainsi que Napoléon, Paul et Léon ne sont pas étymologiquement reliés.

Repérer les consonnes, voyelles et syllabes partagées

Au-delà des segments tronqués, certains noms ont des similitudes plus subtiles qui expliquent qu’ils ont souvent été confondus, et parfois même utilisés de façon interchangeable.

Apolline et Hippolyte, Jérémie et Germain, Mathilde et Martine ainsi qu’Alice et Élise illustrent ce phénomène. Dans d’autres cas, les ressemblances semblent encore plus ténues. Il est peu probable qu’un généalogiste d’aujourd’hui perçoive spontanément un lien entre Angélique, Julie et Judith; les registres montrent toutefois que ces trois prénoms ont souvent été utilisés en alternance par les mêmes femmes.

Toutes les apparitions de Marie Angélique (Judith, Julie) Desgranges dans les actes de PRDH-IGD.com, qui illustre l’interchangeabilité de ces prénoms au fil des actes.

Se concentrer sur la partie la plus distinctive

Un prénom avec une terminaison peu commune est susceptible d’être substitué par d’autres prénoms partageant cette caractéristique. C’est le cas de David et Ovide ou de Stanislas et Wenceslas.

La partie la plus distinctive d’un prénom, ou même d’un de famille, est parfois un noyau qui peut être complété par divers préfixes et suffixes. Ainsi, Rose se décline en Rosalie, Rosanna, Rosina et Rosa. Les prénoms féminins structurés autour du noyau ‹ del › sont un autre exemple de ce phénomène. En variant les débuts et terminaisons, ce groupe réunit Adèle, Adélaïde, Adeline, Délie, Délina, Délia, Délima, Odeline et même Odile, des prénoms qui ne sont pas tous étymologiquement liés mais qui en sont venus à se ressembler et parfois s’échanger.

De la même façon, il n’est pas surprenant que Brunet soit occasionnellement remplacé par Bruneau ou Brunel, ou que Gendreau alterne avec Gendron.

Connaître les combinaisons de prénoms inspirées des saints

Pour éclaircir ce dernier type de variation, il faut faire appel à la religion plutôt qu’à la linguistique. Certains saints et bienheureux portent des prénoms composés de plusieurs particules, le plus connu étant sans aucun doute Jean Baptiste. Un individu est alors susceptible d’utiliser l’une ou l’autre de ces particules. Ainsi, Rose de Lima offre comme options Rose et ses cousines Rosalie, Rosanna, Rosa de même que Délima et même Délina.

François Xavier, Jean François Régis, Pierre Chrysologue, Jeanne (Françoise Frémyot) de Chantal ou encore Marie des Anges, parmi tant d’autres, invitent eux aussi à une alternance entre les particules qui les composent.

La fonction ressemblance dans le LAFRANCE et sur PRDH-IGD.com

La fonction « Ressemblance » de l’engin de recherche du PRDH-IGD.com et du LAFRANCE de GenealogieQuebec.com permet de neutraliser certaines de ces variations.

Engin de recherche de PRDH-IGD.com avec la fonction Ressemblance activée.

Par exemple, la recherche de Mathilde en utilisant cette fonction génèrera une liste comprenant des Mathilde, Domitille, Martine, Donatille, Mélitime, Métheldée et Militilde, avec leurs diverses graphies, facilitant ainsi grandement la tâche des généalogistes.

 

Marielle Côté-Gendreau

Ajouts dans les Collections Diverses de l’Institut Drouin et nouveauté sur le LAFRANCE

Au delà de 10 000 images à caractère historique et généalogique ont été ajoutées dans les Collections Diverses de l’Institut Drouin dernièrement. Celles-ci peuvent être consultées avec un abonnement à GenealogieQuebec.com.

Fonds d’archives

Vous trouverez dans les Collections Diverses de l’Institut Drouin (plus d’information) un dossier intitulé Fonds d’archives, contenant les archives généalogiques et historiques de plusieurs collaborateurs de l’Institut Drouin. Ces archives contiennent des documents en tout genre; généalogies familiales, photos d’individus, de bâtiments et de rues, numérisations d’ouvrages à caractère historique, histoires de familles, cartes de navigation, ainsi que de nombreux autres types de documents et d’archives.

Il s’agit d’une véritable mine d’or d’information et de documents pour les passionnés d’histoire et de généalogie québécoise. Ce sont les Fonds André-Hurtubise, Gaston-Dupuis et Yvan-Beaulieu qui ont été mis à jour récemment, que vous pouvez consulter dans les Collections Diverses de l’Institut Drouin sous le dossier « 14 – Fonds d’archives ».

Autres documents

Quelques 2000 images ont aussi été ajoutées aux Collections Diverses de l’Institut Drouin, cette fois sous le dossier « 18 – Autres documents ».

Il s’agit des archives du notaire Joseph Dionne datant d’entre 1741 et 1779 (dossier Dionne_Joseph_1741-1779), ainsi que d’un ouvrage détaillant la descendance de Guillaume Roux, produit par Sylvain Croteau et André Roux (dossier ROUX_Descendants_of_Guillaume).

Commentaires sur le LAFRANCE

Un champ “Commentaires” a été ajouté au bas des fiches d’actes du LAFRANCE. Vous y trouverez divers informations complémentaires par rapport à l’acte. Ces informations sont ajoutées au moment de l’indexation des actes par notre équipe. Le champs commentaire peut être utilisé, par exemple, afin de souligner une erreur du prêtre dans la rédaction de l’acte.

Exemple d’un acte avec commentaire tiré du LAFRANCE de GenealogieQuebec.com

Le champ commentaire est aussi utilisé pour mettre en évidence des éléments de l’acte, tels qu’une cause de décès inusitée ou une précision quant à une ambiguïté présente dans l’acte.

Le LAFRANCE est un index avec image du document original de tous les baptêmes et toutes les sépultures catholiques enregistrées au Québec entre 1621 et 1861, ainsi que de tous les mariages catholiques célébrés au Québec entre 1621 et 1918. S’ajoutent à ces actes tous les mariages protestants du Québec de 1760 à 1849.
Vous pouvez consulter le LAFRANCE dès maintenant en vous abonnant à Généalogie Québec!

Fiches BMS

Afin de faciliter la navigation et la recherche sur GenealogieQuebec.com, les outils Kardex et Fichier Loiselle ont été fusionnés en une seule collection, Fiches BMS (Baptêmes, Mariages et Sépultures), contenant des fiches de baptême, mariage et sépulture provenant du Québec, de l’Ontario et des États-Unis.

S’ajoutent au Kardex et au Fichier Loiselle des Fiches BMS de l’Ontario, des Fiches BMS classées par villes et par familles, ainsi que des Fiches de décès classées par nom de famille provenant de la Quebec Family History Society.

Vous pouvez consulter cette collection avec un abonnement à Généalogie Québec à cette adresse.

Nouveautés sur le blog de l’Institut Drouin

Le site du PRDH fête ses vingt ans!, par Bertrand et François Desjardins

Généalogiquement vôtre,

L’équipe Drouin

Fiches BMS (Baptêmes, Mariages, Sépultures)

L’outil Fiches BMS contient des fiches de baptême, mariage et sépulture provenant du Québec, de l’Ontario et des États-Unis.

Cette collection comprend notamment les fonds d’archives « Kardex » et « Antonin Loiselle ». S’ajoutent à ceux-ci des Fiches BMS de l’Ontario,  des Fiches BMS classées par villes et par familles, ainsi que des Fiches de décès classées par nom de famille provenant de la Quebec Family History Society.

Le Fichier Loiselle

Le Fichier Loiselle contient des Fiches de mariage produites par le curé Antonin-Loiselle dans le cadre de ses recherches personnelles. Au total, la collection contient 1 044 434 fiches de mariage provenant d’une centaine des paroisses différentes.

La collection couvre tout le Québec ainsi que Fall River, MA et Manchester, NH de 1621 au milieu du 20e siècle.

Le Loiselle s’utilise de façon similaire aux Registres du Fonds Drouin. Il s’agit d’un index de fiches de mariages contenant plus de 16 000 dossiers. À l’intérieur des dossiers, les fiches sont classées par ordre alphabétique du prénom de l’époux ou de l’épouse. Une recherche pour un Abraham devrait donc s’effectuer via les premières fiches, alors qu’une recherche pour un Zénophile s’effectuera plutôt vers les dernières fiches.

La fiche de mariage contient les informations suivantes : le nom et le prénom des époux, le nom des parents ou le nom du conjoint précédent. Dans la majorité des cas, il y aura la date et le lieu de mariage. Des informations additionnelles peuvent s’y retrouver, comme la résidence des époux ou des parents.

Le Kardex

Le Kardex est un répertoire de fiches de mariage complémentaire à la Masculine et à la Féminine. On y trouve des fiches portant sur des mariages catholiques et protestants ainsi que sur des contrats notariés.

Les fiches couvrent de 1621 à 1950 pour le Québec, l’Ontario ainsi qu’une petite partie des États-Unis

Le Kardex se navigue de façon similaire aux Registres du Fonds Drouin, via une arborescence par lettre puis par nom.

Les fiches de mariage contiennent les informations suivantes : le nom et le prénom des époux, le nom des parents, ou le nom du conjoint précédent. Dans la majorité des cas, une date et un lieu de mariage seront aussi donnés. Des informations additionnelles peuvent aussi se retrouver dans la fiche.

Pour mieux comprendre la structure d’une fiche dans le Karex, voici un exemple:

  1. Bertrand, Joseph Alfred Émile – Époux
  2. (Bertrand), Antoine Wilfrid – Père de l’époux
  3. St-Aubin, Rose Anna – Mère de l’époux
  4. Michaud, Marie Lise Irène – Épouse
  5. (Michaud), Joseph Adolphe – Père de l’épouse
  6. Bernard, Marie Lise Elisa – Mère de l’épouse
  7. St Louis de France de Montréal – Paroisse ou le mariage a été célébré
  8. 12 Juin 1915 – Date du mariage

 

Vous pouvez consulter l’outil Fiches BMS avec un abonnement à Généalogie Québec à cette adresse.